22 novembre 2019

3min

Architecture

La transformation numérique et organisationnelle des entreprises a amené la direction des systèmes d’information à repenser la place de l’architecture. Traditionnellement vue comme la gardienne des normes et des modèles d’architecture, l’architecture évolue pour intégrer davantage d’expertise technologique.

La mutation du rôle de l’Architecture s’articule autour de quatre grandes tendances

Tendance n°1 : L’architecture est garante de la trajectoire technologique et de la cohérence du système d’information.

La transformation numérique et les nouveaux besoins qui lui sont associés sont venus bouleverser les schémas traditionnels d’organisation des systèmes d’information. Une nouvelle vision doit être construite par l’introduction de technologies perturbatrices qui sont cohérentes avec les éléments existants.

Au cœur de la définition de cette vision, l’architecture permet de garantir la transition d’un système d’information existant relativement étanche vers un système d’information modulaire et ouvert sur l’extérieur.

Tendance n°2 : En perpétuelle veille, l’architecture permet de décrypter les technologies émergentes et d’y associer les usages correspondants.

L’émergence des nouvelles technologies natives en nuage ou des mégadonnées, par exemple, a profondément modifié le paysage technologique. Les solutions, toujours plus complexes, foisonnent et demandent une activité de veille permanente.

Responsable de découvrir ces évolutions et de déterminer les conditions de leur déploiement de manière sécurisée, c’est à l’architecte de se forger des convictions fortes et les diffuser auprès des différents acteurs de la direction des systèmes d’information. C’est un rôle de décryptage et d’évangélisation technologique qui incombe désormais aux architectes.

Tendance n°3 : Pivot de la direction des systèmes d’information, l’architecture sait mobiliser les expertises pour accompagner au mieux les projets et les métiers.

Face à un monde numérique en perpétuelle accélération, les architectes ne peuvent développer différentes expertises. En revanche, les compétences sur des sujets pointus sont en général présentes dans les équipes de projet ou de production.

Ayant une vision globale du système d’information et des évolutions à venir, l’architecte peut recenser les experts technologiques au sein de la direction des systèmes d’information. Les architectes peuvent ainsi agréger leurs visions et répondre au mieux aux cas d’usages définis par les métiers et les projets.

Tendance n°4 : Immergée dans une culture agile, l’architecture sait remettre l’architecte au cœur des projets.

L’agilité, en bouleversant considérablement le rythme des projets, a fait évoluer la place de l’architecte au sein de ces projets. L’architecture régalienne, à l’origine des normes et modèles d’architecture, doit désormais se concentrer sur les principes fondamentaux et la vision technologique afin d’accorder plus d’autonomie aux projets.

La place de l’architecte évolue vers un rôle opérationnel. Il est immergé au cœur des projets pour répondre au mieux à leurs besoins et assurer leur cohérence avec la vision technologique.

Vers une nouvelle vision de l’architecte

Au-delà du rôle de l’architecture, c’est l’architecte lui-même qui doit évoluer et développer son champ de compétence en intégrant des compétences générales.

Curieux, il est en veille permanente pour découvrir les technologies d’aujourd’hui et de demain. Faisant preuve d’ouverture d’esprit, il sait s’abstraire des visions dogmatiques et rester agnostique.

Possédant une culture technologique, il est à l’écoute des différents experts de la direction des systèmes d’information, ce qui lui permet de décrypter les solutions. Son esprit de synthèse lui permet de vulgariser les aspects techniques en s’adaptant à son auditoire.

Influenceur plutôt que décideur, il conseille les projets et les métiers sur les choix d’implémentation les plus adaptés aux usages. Il est en perpétuelle recherche de consensus et anime les échanges en ce sens.

Devant les mutations profondes de ce métier et les besoins grandissants du marché, il est important de transmettre aux nouvelles générations d’architectes les quatre champs de compétences clés pour réussir dans un contexte en mutation :

• la conception et la modélisation

• la culture technologique

• la culture méthodologique

• les compétences générales