01 juin 2019

3min

Le ConnectStudio

Le ConnectStudio, véhicule de transformation des entreprises à l’ère des écosystèmes, déploie trois nouvelles pratiques disruptives : une nouvelle approche pour accélérer l’innovation métier, et des approches inédites d’urbanisation du SI et d’identification des talents.

Le ConnectStudio pour accélérer l’innovation métier : l’excubation.

Outil au service de l’innovation, la ConnectStudio fournit aux métiers des environnements techniques complets leur permettant d’effectuer en toute liberté leurs itérations de prototypage / MVP. Ce provisionning d’environnement de développements riches qui inclus l’accès à tous les services du SI, processus appelé excubation, est une mise à disposition de plateforme dédiée aux expérimentations métier. Ainsi dotés de cette plateforme complète ayant accès y compris aux back-end, les métiers peuvent expérimenter en toute liberté et tester les cas d’usages innovants porteurs de valeur (mode « Test & Learn »).

L’excubation exporte pour les métiers un sous-ensemble du SI incluant les technologies cibles basées sur le cloud, leur permettant de créer avec les équipes IT les nouveaux cas d’usages dont ils ont besoin, jusqu’à les mettre directement en production (DevSecOps). L’excubation offre à l’informatique des métiers (« shadow IT ») un nouveau cadre de référence architectural dans lequel s’inscrire et une liberté nouvelle, permettant la mise en cohérence et la possible ré-intégration / généralisation à venir de ces innovations.

L’urbanisation du SI par « assetisation » : l’incubation et le store

Lorsqu’ils prouvent leur valeur, ces cas d’usages métiers innovants accélérés par l’excubation sont des « assets », possiblement des « produits », qui portent un potentiel de réutilisation / généralisation pour d’autres parties prenantes de l’écosystème : d’autres directions métier, d’autres géographies au sein du groupe, des partenaires technologiques (start-ups, …).

Au processus d’excubation, succède celui d’incubation, c’est-à-dire la ré-internalisation dans le SI des applicatifs expérimentés en relative autonomie depuis les plateaux agiles. Une cellule d’architecture dédiée identifie et homologue ces nouveaux « services plateformes » à partir des projets MVP qui ont prouvé leur valeur métier, et sécurisent leur réutilisation et généralisation pour les besoins de l’écosystème.

Dans cette dynamique, le SI joue le rôle d’« asset store », c’est-à-dire de plateforme d’exposition à l’écosystème d’un catalogue d’actifs réutilisables. L’excubation / incubation est le processus itératif d’urbanisation progressive du SI par assetisation, à travers l’intégration dans le SI des MVP qui ont prouvé leur valeur. Le SI joue le rôle d’incubateur, qui focalise la transformation et l’investissement sur les usages les plus porteurs de valeur.

L’identification et la reconnaissance des talents

Publiés dans le store, les actifs logiciels jugés réutilisables et porteurs de valeur (mvp métiers, classes d’objets informatiques, designs, …) sont distribués à l’ensemble de l’écosystème technologique, incluant directions métier, géographies ou partenaires technologiques (start-ups, …). Les noms et coordonnées des auteurs de ces actifs logiciels (les développeurs, concepteurs, UX Designers, Data Scientists, …) sont publiés, ainsi que les indicateurs de réutilisation de ces actifs. Emerge ainsi naturellement de cette approche, un mécanisme de reconnaissance publique pour ceux des employés ou partenaires ayant le plus contribué à la réutilisation et à la création de valeur.