14 février 2022

10min

Le test d’utilisabilité, pourquoi utiliser cette méthode UX ?

Est-ce que votre produit répond aux besoins de vos utilisateurs ? Comment l’utilisateur interagit avec votre service ? Est-ce que le produit est intuitif ?

Pour le savoir, il existe une méthode flexible : le test d’utilisabilité.

 

Découvrez cette méthode phare du processus de design UX au travers de l’expérience de Sofia Krari et Marie Dupuy, UX designers chez onepoint.

Pourquoi faire un test d’utilisabilité ?

Qu’est-ce qu’un test d’utilisabilité ?

Cette méthode UX (User Experience) consiste à évaluer un produit ou service, tout au long de sa conception, en le mettant à l’essai face à un échantillon représentatif de ses utilisateurs, afin d’en déduire des améliorations.

Mener un test utilisateur permet d’explorer et d’identifier les besoins des utilisateurs, de confirmer vos hypothèses ou d’identifier d’éventuels points de blocages. C’est un excellent outil de diagnostic, d’identification de problèmes éventuels et de recueil de réactions et recommandations de l’utilisateur.

Selon la norme ISO 9241-11, l’utilisabilité est définie comme le « degré selon lequel un produit peut être utilisé, par des utilisateurs identifiés, pour atteindre des buts définis avec efficacité, efficience et satisfaction dans un contexte d’utilisation spécifié ».

Cette définition nous fournit des critères pour évaluer un système.
Avec le test d’utilisabilité, nous analysons :

  •  l’efficacité : est-ce que la tâche est réussite ? L’utilisateur a-t-il pu accomplir correctement la tâche ?
  • l’efficience : Quels efforts sont nécessaires pour l’atteindre ? A-t-il consommer un minimum de ressources pour l’effectuer ? (temps, nombre d’aller-retour…)
  • la satisfaction des utilisateurs : Quel ressenti l’utilisateur a-t-il face à l’expérience qu’on lui propose ? Est-ce que c’est agréable ? …

Cette activité phare de la méthodologie UX s’inscrit dans une démarche itérative, centrée sur l’humain et ses comportements, et elle s’utilise tout au long du processus de conception, pour évaluer des concepts, des interfaces, et ce jusqu’au développement et à la mise en ligne du produit final.

Démarche itérative centrée utilisateur, boucle de conception – © Onepoint

La méthodologie UX, une démarche itérative

Le test d’utilisabilité est un des principes fondamentaux de la méthodologie UX. Mettre en œuvre une stratégie de design centrée sur l’utilisateur signifie dialoguer avec vos utilisateurs dès le début du processus de création. Mais cela va encore beaucoup plus loin … car cette méthodologie s’inscrit dans un processus d’amélioration continue.

En effet, afin de vérifier que le produit fonctionne pour vos utilisateurs, vous devrez mettre en place un processus continu et rigoureux de tests ce qui vous permettra de rester au plus près des usages et des attentes de vos utilisateurs.

L’objectif de l’UX design est de concevoir des produits qui se trouvent à l’intersection des besoins et contraintes des métiers, des attentes, des envies et des besoins des utilisateurs.

Le feedback, via les tests utilisateurs, est un des moyens de garantir la création de valeur.

Le feedback grâce aux tests utilisateurs – © Onepoint

Quels sont les avantages du test d’utilisabilité ?

Plus on teste le produit tôt et souvent, plus le risque de concevoir une mauvaise expérience diminue… Le coût pour corriger sera nettement plus faible si les tests se font d’abord sur des maquettes.

Le test d’utilisabilité permet de :

  • Repérer des problèmes d’utilisabilité (interaction, navigation, compréhension, etc),
  • Constater s’il y a des incompréhensions, des erreurs ou encore des abandons lors du parcours envisagé,
  • Savoir ce que pensent les utilisateurs (perception et utilité),
  • Arbitrer et hiérarchiser les choix de conception,
  • Valider les fonctionnalités implémentées.

Vous hésitez encore à investir dans l’expérience utilisateur … Pourquoi ne pas tester le produit de manière informelle en réalisant un test plus rapide (en mode guérilla) :

  • Présenter les différents tests possibles, pour choisir le test qui conviendra le mieux au contexte,
  • Proposer à votre client de participer en tant qu’observateur à une session, pour faire naître son intérêt pour la méthode.

Quand réaliser des tests d’utilisabilité ?

Il est important d’organiser des tests d’utilisabilité à différents moments clés du projet !

Cette méthode s’utilise dès les premières maquettes du système ou service et jusqu’au produit final. Elle s’applique successivement aux premiers concepts du produit, aux maquettes basse fidélité et aux différentes versions du prototype, jusqu’au système final avant et après son lancement sur le marché.

Les tests utilisateurs peuvent s’appliquer à différents supports, en fonction de l’état d’avancement du projet. Nous vous conseillons de tester le système le plus tôt possible au cours du processus de conception, afin de disposer d’un délai suffisant pour concevoir à nouveau et envisager des modifications.

Le tableau ci-dessous présente l’utilisation des différents supports en fonction des objectifs visés par le test d’utilisabilité.

© Méthodes de design UX – 30 méthodes fondamentales pour concevoir et évaluer les systèmes interactifs – Carine Lallemand & Guillaume Gronier

Les modalités de tests

Le test modéré, signifie que la session est animée par un modérateur qui va interagir directement avec l’utilisateur et le guider dans la réalisation du test.

Le test non modéré est réalisé de manière automne par le participant, en suivant un protocole de tâches à accomplir. Puisqu’il n’y a pas d’observation en temps réel, il peut être intéressant de demander un enregistrement vocal ou, a minima, de l’écran de l’ordinateur sur lequel l’utilisateur effectue le test d’utilisabilité.

L’un des avantages de ce type de passation, est que plusieurs utilisateurs peuvent réaliser le test en même temps. L’utilisateur peut également choisir l’heure qui lui convient. Prenez en compte qu’il sera cependant impossible d’échanger avec le participant et qu’il vous faudra plus de temps pour analyser les enregistrements.

En présentiel

Dans vos locaux ou dans l’environnement de l’utilisateur, le test est réalisé dans la plupart des cas de manière synchrone, le modérateur observe en temps réel la passation et peut interagir facilement avec le participant.

A distance

C’est le type de test a privilégié lorsque l’observateur et l’utilisateur sont distants géographiquement. Le test d’utilisabilité peut se dérouler via un outil de visio-conférence et avec le partage d’écran.

Attention, ce format nécessite une bonne connexion internet, et de prévoir un peu plus de temps pour les aléas techniques…

Un mode de passation particulier, le mode guérilla

Il s’agit de solliciter de manière spontané les utilisateurs cibles dans un lieu public, sur leur lieu de travail, … un endroit dans lequel s’effectue d’ordinaire l’interaction avec le produit ou système. Il permet de gagner du temps, en évitant la phase de recrutement. Ces tests sont souvent effectués sur une courte durée (entre 10 et 15 minutes). L’exemple le plus typique est le test utilisateur mené en quelques minutes dans un bar, où l’on sollicite au hasard des clients volontaires en échange d’un café gratuit.

Comment préparer un protocole de test ?

  1. Il s’agit de définir un objectif de recherche et le périmètre du test d’utilisabilité selon votre phase de projet. Avec un seul test, on ne pourra pas évaluer toutes les fonctionnalités.
  2. Ensuite, il sera nécessaire de rédiger les tâches que l’utilisateur va effectuer, par exemple « vous souhaitez acheter des croquettes pour votre chat. Comment vous y prendriez-vous pour chercher le tarif du produit ? ». Présentez une expérience réaliste et sous forme narrative.
  3. Préparez également une grille d’observation qui vous fera gagner du temps lors de la passation.
  4. Recruter les utilisateurs selon vos persona. Les profils recrutés doivent correspondre à vos utilisateurs réels, sinon les résultats ne seront pas pertinents !

Avant de se lancer …

  • Tester le protocole afin d’éviter les incohérences et de vérifier le temps de la passation envisagé
  • Tester le matériel
  • Si c’est en présentiel, réserver une salle
  • Si le test se déroule à distance, vérifier auprès du participant s’il a une webcam
  • Pensez à rédiger un formulaire de consentement, à faire signer par les participants lors du jour J.

Un test se déroule en général en 4 étapes :

  1. Introduire la session en précisant l’objectif et rassurer l’utilisateur sur la manière dont cela va se dérouler. Gardez en tête que ce n’est pas l’utilisateur que nous évaluons mais bien le système et la façon dont il est conçu.
  2. Observer la réalisation des tâches prédéfinies.

Le participant navigue par ses propres moyens sur l’interface pour se faire sa propre expérience.

L’utilisateur est invité à penser à voix haute. L’utilisateur devra expliquer ce qu’il souhaite faire et comment il pense pouvoir le faire, ce qu’il ne comprend pas ou ce qu’il le fruste. Inciter l’utilisateur à être franc, l’objectif est bien de noter son ressenti et d’identifier les points bloquants. L’observateur note ainsi les erreurs commises par tâche, les incompréhensions et leur fréquence.

  1. Débriefer « à chaud » avec l’utilisateur va vous permettre de revenir sur certains éléments du test. Vous pouvez également lui demander de compléter un questionnaire comme le SUS qui mesure l’expérience et le point de vue de l’utilisateur sur un système.

© Onepoint

     4. Remercier l’utilisateur et éventuellement récompenser sa participation par un bon d’achat ou un objet.

Et après ?

L’analyse et la restitution des résultats est une étape clé. Votre rapport doit aller à l’essentiel.

  • Partagez les retours positifs,
  • Communiquez les points bloquants,
  • Illustrez vos données, en citant des verbatims représentatifs.
  • Pensez à lister les améliorations par priorité, il sera nécessaire de faire des arbitrages

Des exemples de cas d’usage

Marie Dupuy, UX UI designer chez onepoint depuis 2 ans, a eu l’opportunité de mener différents types de test utilisateurs, notamment pour des projets interne, auprès des clients ou encore dans le cadre d’appel d’offre.

Dans le cadre de la création d’un serious game pour Gamabu, en collaboration avec Juliette Massart, consultante R&D, des tests d’utilisabilité où étaient mis en place pour évaluer l’expérience du jeu.

Les tests se sont déroulés à distance, chaque participant a réalisé différentes missions du serious game et l’observateur analysait en même temps les incidents rencontrés ainsi que leur fréquence.

Nous avons invité les utilisateurs à explorer librement le jeu en exprimant à haute voix leur raisonnement et leurs émotions.

Pour la fin du test utilisateurs, nous avons également utilisé la méthode de complétion de phrases, pour évaluer leur ressenti. Nous avons demandé aux participants de compléter le questionnaire RIMMS (Reduced Instructional Materials Motivation Survey). Il mesure quatre composantes : Attention, Pertinence, Confiance, et Satisfaction.

Les analyses quantitatives de ce questionnaire, et les verbatims recueillis lors de la passation du test utilisateur, nous ont permis d’adapter par la suite l’expérience proposée, autant sur des aspects scénaristiques (contenus), que sur des enseignements pour l’ergonomie des interfaces du serious game. A la suite du test d’utilisabilité, nous avons amélioré la gamification pour satisfaire les attentes des utilisateurs. L’équipe de production a été d’autant plu convaincu des bénéfices de cette méthode UX.

Pour un client dans le secteur de l’assurance, Marie, avec l’accompagnement de Charles-Henri Texier a eu l’opportunité de réaliser des tests utilisateurs dans le cadre d’un projet de conception d’outil éditique. La plupart des sessions de tests ont été réalisé en présentiel, dans les locaux du client.

L’objectif des tests était d’évaluer si l’expérience d’usage était bien alignée avec les enjeux et objectifs du projet. Il s’agissait de tester l’application en cours de conception, d’évaluer l’utilisabilité et le niveau de satisfaction des utilisateurs, dans ce contexte, des gestionnaires en assurance. Nous avons pu explorer les besoins et identifier d’éventuels problèmes de fond et de forme.

Pour ce test, nous avons choisi d’utiliser le questionnaire SUS, qui permet d’établir un score d’utilisabilité. Pour aller plus loin, nous avons recommander au client, de refaire passer ce même questionnaire lorsque l’outil aura bénéficié d’améliorations, afin de pourvoir mesurer l’effet des modifications successives.

Conclusion

 Il est possible de combiner ces méthodes selon le contexte et l’objectif du test. La réalisation de tests d’utilisabilité demande de l’expertise et de la rigueur pour pouvoir traiter les données recueillies de manière fiable.

Gardez à l’esprit que les 3 principales questions d’une démarche UX concernent :

  • L’utilité : est-ce que le produit correspond aux besoins de l’utilisateur ?
  • L’appétence : quelles sont les attentes de l’utilisateur, ce qu’il désire ?
  • L’utilisabilité : le produit est-il utilisable, compréhensible, ergonomique ?

Les experts UX/UI de onepoint peuvent vous accompagner pour mener des tests d’utilisabilité adaptés à vos contraintes et objectifs.

 

Notez la date !

Sofia et Marie vous donnent rendez-vous le 24 mars 2022 pour un meetup dédié au test d’utilisabilité.

ux-designer-talent

Marie Dupuy

UX UI Designer

Sofia Krari

Senior UX Designer