02 octobre 2020

2min

L’hospitality au défi du Covid-19 : la crise comme accélérateur de transformations durables

LA CRISE ACCÉLÈRE LES TRANSFORMATIONS DÉJÀ À L’OEUVRE DANS LE SECTEUR ET EST UNE OPPORTUNITÉ UNIQUE POUR SE RÉINVENTER

Très durement touché par la crise du Covid-19 avec 120 millions d’emplois liés à l’industrie du tourisme à risque selon l’ONU et 320 milliards de dollars de pertes pour le tourisme mondial, certains estiment que le secteur de l’hospitality et en particulier du secteur de l’hôtellerie-restauration ne retrouvera ses niveaux d’activité d’avant-crise qu’en 2023 au plus tôt.

Si cette pause se traduit par une crise économique et sociale profonde, la crise accélère les transformations déjà à l’oeuvre dans le secteur.

Pour ses acteurs, elle est en ce sens une opportunité unique pour se réinventer.

Les destinations touristiques ne sont pas égales face à la crise. Alors que 75% d’entre elles ont fermé leurs frontières pendant plusieurs mois, les pays développés et émetteurs nets de touristes (Europe du Nord, Japon etc.) peuvent s’appuyer sur leur marché domestique capable d’absorber une partie de la baisse en consommant des offres locales ; les pays récepteurs nets (Europe du Sud, Thaïlande, Île Maurice etc.) auront eux plus de difficultés à compenser la perte de touristes étrangers.

Tandis que les consommateurs privés continueront de voyager et de consommer des nuitées différemment, la clientèle professionnelle qui a vu l’efficacité des réunions à distance pourra, elle, se passer au moins partiellement de réserver les salles de réunions et hébergements correspondants : marginales hier, les visioconférences seront demain une alternative viable pour une partie plus importantes des réunions d’entreprises. Il est donc probable que les niveaux d’activité du MICE (Meetings Incentives Conferences Events) ne retrouvent jamais les niveaux d’avant-crise.

 

Il a beaucoup été dit que le nouveau monde serait différent de celui d’hier. On peut s’attendre à l’évolution de la demande vers plus de sécurité sanitaire, de cohérence entre les choix de consommation et les valeurs sociétales, de tourisme local, de parcours seamless, d’expériences personnalisées et enrichies. On voyagera plus près, et on demandera plus.

Les modèles actuels devront évoluer pour répondre à ces nouvelles attentes.

Vous souhaitez en savoir plus ? Téléchargez le point de vue Beyond. dans son intégralité

David Foult

Partner Hospitality, StratOp