Atos et Onepoint nouent un partenariat dans la transformation numérique

Le groupe Atos renforce son écosystème partenarial grâce à une nouvelle collaboration avec Onepoint à l’échelle mondiale. Elle se concentrera autour de 3 domaines prioritaires de développement : l’IA générative, le passage au cloud et la décarbonation. Retrouvez l’article dans La Tribune.

Dans la lignée de partenariats récemment conclus avec Microsoft et AWS (Amazon Web Services) en matière de cloud et d’intelligence artificielle, Atos annonce renforcer son écosystème de partenaires par la signature d’un accord de coopération avec Onepoint, actionnaire de référence. Travaillant déjà main dans la main avec de nombreux acteurs de la tech, ce partenariat vient appuyer la volonté d’Atos de « consolider et élargir les accords existants tout en accueillant de nouveaux partenaires, notamment des sociétés de services et de conseil ».

La nature du partenariat entre Atos et Onepoint

Comme précisé dans un communiqué, ce partenariat « signé par Eviden, la ligne d’activités d’Atos, leader dans le digital, le cloud, le big data et la sécurité, […] vise à accompagner la transformation numérique de leurs clients dans les secteurs de l’énergie, des services d’utilité publique, et des institutions financières ».

Et d’ajouter : « À vocation mondiale, ce partenariat ciblera d’abord le marché français en s’appuyant sur trois axes de développement prioritaires :

  • le passage à l’échelle des technologies d’intelligence artificielle (IA) générative ;
  • le renforcement de la protection des données et du capital intellectuel ;
  • la décarbonation de l’économie. »

Atos et Onepoint travaillent d’ailleurs déjà sur des projets communs « qui feront l’objet de propositions de valeur communes, notamment des cas d’application métiers liés aux technologies d’IA (Intelligence Artificielle) générative et de RPA (Robotic Process Automation), ou encore un projet de cybersécurité autour de la surveillance des systèmes d’information et de tests d’intrusion. »

Retrouvez l’article en intégralité en cliquant sur le bouton ci-dessous :