L’investigation en open source crée-t-elle de nouveaux risques ?

Au-delà des opportunités, quels sont les dangers de collecter et d’analyser des informations provenant de sources ouvertes accessibles au public, comme les réseaux sociaux et les sites web, afin de mener toutes sortes d’investigations ?

 

Découvrez le nouvel article de « Recherches impliquées » au sein des colonnes d’Usbek & Rica au travers desquelles, Jean Mouchotte, ingénieur de recherche en cybersécurité chez Onepoint et Julien Dufée, leader cybersécurité, décrivent les risques éventuels de ce type de partique

Avec « Recherches impliquées », une série d’articles qui fait dialoguer recherche et innovation, Onepoint et Usbek & Rica explorent l’OSINT (Open Source Intelligence) est devenue une pratique populaire, accessible à tous, qui présente autant d’opportunités que de nouveaux dangers.

Internet est une mine précieuse. Que l’on soit journaliste, étudiant, chercheur, détective ou simple citoyen curieux, les réseaux numériques sont devenus le premier réflexe dès lors qu’on se retrouve confronté à une question sans réponse. C’est aussi le terrain de jeu de l’OSINT, pour « Open Source INTelligence », traduit en français par ROSO (Renseignements d’Origine Source Ouvertes), une discipline d’investigation qui repose sur le recueil et l’analyse des données ouvertes que l’on peut trouver légalement en ligne […]

Chercher et savoir trouver

[…]

La guerre contre les risques cyber

[…]

Le paradoxe de la donnée ouverte

[…]

Un cadre éthique encore à fixer

[…]