11 juillet 2019

4min

Comment devenir plus Data Driven ?

Le 20 juin dernier, weave data a hébergé son meetup bimestriel « défriche la data » au sein de nos locaux parisiens de La Friche à Saint Lazare. Pour ceux qui ne pouvaient être présents, voici une synthèse des échanges.

Défriche la data est un évènement récurrent qui propose aux responsables data/IA (et à ceux qui souhaitent transformer leur organisation autour de ces sujets) d’échanger tous les deux mois.

Devenir plus Data Driven reste un enjeu important pour les grandes et moyennes entreprises. Quelles leçons tirer de l’expérience des Fintechs, nativement orientées data, qui ainsi créent leurs business models autour de celle-ci ? Les échanges ont ainsi porté sur trois enjeux principaux :

  • Comment se fonder sur l’analyse de données pour proposer des produits et services pertinents et personnalisés ?
  • Comment mettre la Data au cœur du business ?
  • Comment la Data aide-t-elle à rester compétitif dans un marché en pleine transformation ?

Durant l’évènement, nous avons eu le plaisir de bénéficier des retours d’expérience de 2 intervenants appartenant à 2 structures très différentes :

  • Jérémie Rosselli, Directeur Général France de N26, une néo-banque basée en Allemagne dont l’activité se concentre sur les comptes courants, les crédits et les livrets ;
  • Romain Bignon, CEO de Budget Insight, une entreprise qui fournit des API pour agréger les comptes bancaires personnels et professionnels, les données financières, les factures, etc. et dont les clients sont principalement des éditeurs de logiciels, des banques, des assureurs et des comptables.

Les applications de paiement mobile, un danger pour la banque ?

Si les applications de paiement mobile devenaient aussi populaires aux États-Unis qu’en Chine, les banques perdraient un chiffre d’affaires estimé à 43 milliards de dollars par an.

Pour Romain Bignon, ce n’est pas vraiment un danger pour son entreprise. Budget Insight est un opérateur, donc son organisation n’est pas impactée par ce type de transformation sur le marché. De plus, ces moyens de paiement prennent du temps pour être mis en place. Même Google Pay ou Apple Pay s’appuient sur les réseaux traditionnels (VISA, Mastercard) pour fonctionner. L’idée de Budget Insight est de suivre ces initiatives et d’être un opérateur parmi les autres.

« « On pense que ces usages-là sont une bonne chose pour le consommateur. Il y a probablement moins d’intermédiaires et l’expérience utilisateur est beaucoup plus appréciable. Notre enjeu, c’est de suivre toute ces évolutions sans se perdre. » RB  »

De la même manière, Jérémie Rosselli pense que c’est plus un problème pour les banques traditionnelles que pour N26. Le point clé selon lui, c’est d’être l’interface avec le client. Aujourd’hui, une banque traditionnelle est une commodité. Elle est même perçue plutôt négativement car elle ne propose que peu de services. Le travail de N26, c’est de devenir une nouvelle interface, de pouvoir innover et de fournir tous les services qui font que vous aurez envie de rester chez eux.

Comment être data-driven ?

On dit souvent que les fintechs sont nées Data Driven, mais selon Romain Bignon, être Data Driven pour être Data Driven, ça ne sert à rien. L’idée qu’ont les banques traditionnelles de créer une équipe de datascientists et de les mettre pendant 2 ans sur des projets ne débouche jamais sur grand-chose. Il faut que l’ensemble de l’écosystème de l’entreprise ait cette culture-là.

Chez N26, tout le monde « vit » data ! A chaque étape de travail, même quand il s’agit de faire de la recherche en innovation, il y a forcément un volet quantitatif. Selon Jérémie, ce qui est clé, ce n’est pas la data mais le nombre de data points : il faut être capable de quantifier chaque action à toutes les étapes de fonctionnement de l’entreprise.

« "Aujourd’hui la quantité de dashboard est juste géniale, je pourrais passer ma journée à cliquer et à regarder ce qu’il se passe." JR  »

Pas besoin d’une armée de datascientists pour être Data Driven ! D’après le Directeur Général France de N26, la plupart des profils que recrute l’entreprise savent manipuler les données. On ne leur demande pas de faire des analyses complexes, l’objectif est que tout le monde puisse se concentrer sur la manière d’améliorer les choses en consultant seulement un ou deux dashboards. Le service client, le service marketing, les RH, etc. toutes les équipes chez N26 savent travailler avec la data.

« « Être data driven, c’est un mindset. Toute l’entreprise doit être capable d’utiliser la data au quotidien. C’est une façon de travailler et pas la solution à un problème ponctuel. » JR  »

Rejoignez dès à présent notre meetup défriche la data pour être tenus au courant des prochaines dates et échanger avec vos pairs sur la data.

onepoint

beyond the obvious