09 novembre 2021

4min

Le capital humain et l’émergence des talents

L’entreprise du XXI siècle vit aujourd’hui plusieurs révolutions. Quant au monde entrepreneurial, il n’a jamais autant changé sa structure pyramidale et ses codes hiérarchiques que ces dernières années.

À ces changements s’ajoutent les conflits générationnels qui font apparaitre une nouvelle diversité. Ils doivent être vécue comme une opportunité, avec la mise en place de modes organisationnels collaboratifs inspirés du mentorat inverse .

Valoriser les actifs immatériels clés

Ensuite, la guerre des talents, qui fait rage, conduit les entreprises å redéfinir leur approche pour les attirer et les garder sur le long terme. Historiquement, le talent a été davantage considéré comme une ressource à optimiser afin de protéger voire d’augmenter les marges. Cette approche s’est traduite par des méthodes de pilotage, de reporting et de valorisation centrée sur le coût généré plus que sur le potentiel de création de valeur associé. Pourtant, à l’heure de la révolution digitale, qui est aussi une révolution de la valeur, les projets d’innovation ne peuvent plus être valorisés uniquement par le biais des flux financiers. Les entreprises se doivent, au contraire, de prendre en compte les actifs immatériels clés que sont le capital client, le talent, ou l’impact social et environnemental.

En premier lieu, il s’agit de valoriser les collaborateurs dans leur travail pour les amener à se révéler et à donner le meilleur d’eux-mêmes.

L’engagement à long terme, c’est aussi accepter de se séparer d’un collaborateur tout en lui laissant la possibilité de revenir – le phénomène du « re-hiring ». Quant aux outils technologiques comme ceux du Big Data, ils changent aujourd’hui la gestion des ressources humaines et permettent de mieux appréhender le profil du salarié tout en faisant matcher ses aspirations aux besoins de l’entreprise.

Prendre en compte les émotions et les intuitions

Il est vrai, tout mesurer réconforte, rassure, et la data, elle, mesure quelque chose et ce quelque chose est forcément comparable à une autre chose.

Mais la data n’éclaire que ce qu’elle localise comme une torche dans la nuit… Le piège est ainsi de tomber dans un management déshumanisé, sans émotion, qui se base sur des algorithmes purement mathématiques pour prendre des décisions.

À l’inverse, le manager d’une entreprise agile sait faire parler les émotions et les intuitions et valoriser les individus et leurs interactions plus que les processus, les outils et savoirs. C’est absolument le modèle à privilégier pour favoriser une société équilibrée et de confiance

L’humain au cœur des grandes mutations

À l’heure des transformations numériques, culturelles et humaines, il est plus que jamais majeur de recentrer et de placer la dimension Humain au cœur de ces grandes mutations. Chez onepoint, la formation aux Humanités dans le cadre du socle de formation commun Grow & Go, co-certifié avec Centrale Supelec Exed, est intimement liée aux valeurs d’une entreprise qui souhaite développer et renforcer le talent de ses collaborateurs, à mieux se connaitre pour mieux se reconnaître, à mieux connaitre l’autre, et à mieux maitriser son environnement en toute responsabilité.

« Être soi »

Prendre conscience de son environnement est la première voûte nécessaire pour le comprendre et donc l’utiliser au mieux : l’environnement est lui aussi une ressource à maximiser. Celui qui ne s’interroge pas sur son environnement, manque autant d’enjeux qui sont des défis à relever. Apprenons à regarder autour de soi avant de regarder devant soi.  Il va de soi, que libérer le talent pour le faire émerger requiert la mise en forme et en place d’une organisation dans l’entreprise dans laquelle le collaborateur fait de Soi le protagoniste de sa Vie.

Par le prisme des Humanités, par le biais d’une organisation managériale horizontale, nous nous échappons de la seule « préoccupation » de soi qui dévore à petit feu l’estime de soi. Ainsi nous glissons vers la préoccupation de l’autre qui développe l’altérité et la puissance de l’intelligence collective et collaborative dans l’entreprise ou dans la société en général.

« Libérer la créativité, autoriser la liberté de penser, et de faire, mesurer son propre parcours par son engagement et son expertise, développe son épanouissement personnel donc sa réalisation professionnelle »

Par le prisme des Humanités, par le biais d’une organisation managériale horizontale, nous nous échappons de la seule « préoccupation » de soi qui dévore à petit feu l’estime de soi. Ainsi nous glissons vers la préoccupation de l’autre qui développe l’altérité et la puissance de l’intelligence collective et collaborative dans l’entreprise ou dans la société en général.

Muriel Touaty

Partner, Education, Innovation