24 janvier 2022

5min

Les résultats du baromètre Kantar Public-onepoint-La Croix de la confiance dans les médias

Onepoint s’est associée à l’édition 2022 du baromètre annuel de Kantar Public et du journal La Croix de la confiance des Français dans les médias : découvrez notre analyse des résultats

Les principaux résultats du baromètre 2022 de la confiance dans les médias

Un décrochage chez les jeunes

Seulement 62% des Français se disent être intéressés par les actualités diffusées par les médias. Des résultats similaires à ceux de 2020 (59%) et ceux de 2018 (62%).

L’un des principaux facteurs de cette baisse est le décrochage du côté des jeunes. En effet, seulement 38% des jeunes se disent intéressés par les nouvelles diffusées par les médias. Ce détachement s’expliquerait par la place beaucoup trop importante de deux sujets dans le traitement médiatique :

  • L’épidémie de Covid-19 (79% des personnes interrogées estiment qu’elle a occupé une place trop importante)
  • Le transfert de Lionel Messi au PSG (50% des personnes interrogées estiment qu’il a occupé une place trop importante)

Face à ces sujets qui ont été beaucoup abordés dans les médias, d’autres ne l’ont pas été assez selon les Français, comme :

  • La Cop26 (41% des personnes interrogées estiment qu’elle n’a pas occupé une place importante dans les médias)
  • La publication du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l’Église (53% des personnes chez les 18-24 ans interrogées estiment qu’elle n’a pas occupé une place importante dans les médias)
  •  L’augmentation des prix de l’énergie en France (38% des personnes interrogées estiment qu’elle n’a pas occupé une place importante dans les médias)

 

Les sources d’information préférées des Français

L’un des enseignements de ce baromètre 2022 est la stabilité des habitudes des Français quant à leurs sources d’information. Le média le plus utilisé pour s’informer reste la télévision avec un pourcentage de 48%, suivi d’internet qui reste utilisé par 32% des Français. Parmi ces derniers, 26% s’informent sur les réseaux sociaux et 21% cherchent les actualités sur des sites et applications de presse écrite. Pour finir, la radio (13%) et la presse (6%) restent les deux médias les moins exploités.

Cette enquête nous dévoile aussi de faibles résultats quant à la confiance des Français en la crédibilité des informations relayées par les médias.

Seulement 49% des Français estiment que les informations relatées par la presse et la radio sont crédibles, et 44% pour la télévision. Par opposition, la confiance en la crédibilité d’internet a fortement baissé depuis l’année dernière, à 24%.

 

Photo d'une télévision

Les médias et la démocratie

Les médias ont une place centrale dans le fonctionnement démocratique, et sont reconnus comme tels par les Français. En effet, ces derniers sont particulièrement attachés à :

  • La liberté d’expression (86%)
  • L’égalité des droits (85%)
  • La liberté des médias et de la presse (77% dont 45% très attachés)

Ainsi, pour les Français, les médias doivent fournir des informations fiables et vérifiées pour assurer le bon fonctionnement de la démocratie. Aujourd’hui, 44% seulement des Français estiment que les médias remplissent ce rôle.

Un second facteur reste primordial aux yeux des Français : que la qualité d’information soit privilégiée par rapport à la rapidité à transmettre l’information (94% jugent cela « important » dont 56% « essentiel »). Sur ce point, seuls 32% des Français sont satisfaits.

 

Le rôle des médias dans l’élection présidentielle de 2022

87% des Français attendent que les médias communiquent sur les programmes des candidats et sur leur vision pour la France. Le fait que les médias pointent du doigt les fausses informations diffusées par les candidats est aussi un souhait majeur chez 83% des Français (dont 39% l’attendent beaucoup). La capacité des médias à proposer des débats apaisés est aussi largement attendue par 79% des Français.

 

Les réseaux sociaux dans le débat politique

Pour 50% des Français interrogés l’impact du développement d’internet et des réseaux sociaux sur les débats et discussions politiques est négatif (versus 28% estimant au contraire qu’ils ont eu un impact positif).

Cette étude révèle un clivage générationnel puisque 54% des moins de 35 ans estiment que la diffusion des informations par des personnes non journalistes grâce aux réseaux sociaux est une bonne chose. Là où, pour les 35 ans et plus, 32% pensent que c’est une mauvaise chose.

Photo d'un téléphone avec les icônes des réseaux sociaux

L’analyse de onepoint des résultats du baromètre

Marianne Fily, Partner onepoint Medias & Entertainment, partage son analyse du Baromètre Kantar-onepoint sur la confiance dans les médias :

« Ce que montre ce baromètre est que l’intérêt à l’information – même s’il baisse – reste présent, que le rôle des médias comme objet démocratique est primordial. Il montre également les stratégies adoptées par les médias traditionnels et en particulier la télévision, pour gagner en crédibilité au travers de débats, d’explications, d’expertise et de présence sur le numérique, ce qui leur permet de gagner en confiance contrairement aux réseaux sociaux.

Pour autant, aller chercher les publics où ils sont, et en particulier sur les réseaux sociaux, en progression comme source d’information, s’affirme comme un enjeu majeur pour les médias, et en particulier auprès des jeunes générations, au regard de la fracture générationnelle dans les usages.

Enfin, la capacité à éclairer des débats et apporter de la nuance, à démontrer la fiabilité et la qualité de son information, et en particulier le fact-checking, sont des sujets sur lesquels les médias sont encore attendus, et particulièrement en cette année présidentielle.

Les solutions réfléchies pour y répondre passent notamment par l’accélération de l’usage de nouveaux outils d’intelligence artificielle, en capacité de capter les sujets de préoccupation des citoyens, de sourcer et vérifier l’information dans des temps accélérés, ainsi que celui d’outils d’analyse et de visualisation de l’information au service des journalistes et du grand public. »